Membre du mois Kirsty Griffiths

Nous sommes heureux de partager l’inspirante #CrossFitStory de Kirsty Griffiths une musicienne professionnelle qui s’entraîne avec nous depuis 2019. Découvrez son parcours semé d’embûches, ses objectifs et ce qui la motive à rester chez CrossFit GVA.

Kirsty, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis Kirsty Griffiths, j’ai 47 ans, je suis née et j’ai grandi à Genève mais d’origine galloise. Je suis musicienne professionnelle (opéra, harpe et chef de chœur des Nations unies) et également enquêtrice internationale en matière de fraude.

Faisais-tu un autre sport avant le CrossFit ?
Ayant un cousin qui était un nageur olympique de papillon, la natation a fait partie intégrante de ma vie. J’ai toujours été dans l’équipe de l’école, pas nécessairement parce que j’étais bonne, mais parce que j’étais généralement la seule à savoir nager le papillon correctement !

J’ai vraiment commencé à faire du sport après un accident d’équitation qui m’a laissé avec deux vertèbres cassées et en fauteuil roulant. Le spécialiste m’a dit de m’y habituer car j’aurais des problèmes de dos pour le reste de ma vie. J’ai changé de spécialiste. Le suivant m’a dit ce que je voulais entendre, à savoir soulever des poids et rendre mon dos plus fort qu’il ne l’avait jamais été. Mais à l’époque, j’étais en mauvaise condition physique et tout ce que je pouvais faire, c’était de l’aquagym, où les mamies étaient en meilleure forme que moi ! Puis, j’ai découvert le Bodypump et j’ai progressivement commencé à soulever des poids.

Quand as-tu commencé le CrossFit et pourquoi ?
Eh bien, comme si se casser le dos ne suffisait pas, en 2019, je suis tombée dans un nid-de-poule à New York et j’ai déchiré tous les ligaments connus de ma cheville. En récupérant de ma première opération, il y avait une offre de BuyClub pour essayer Crossfit pendant un mois. J’ai fait un essai et je suis instantanément tombée amoureuse. Mais ensuite, j’ai assisté à un séminaire à la box sur la mobilité de la cheville et le coach a remarqué que quelque chose n’allait pas. Sans ce séminaire, je n’aurais jamais su que j’avais besoin d’une autre opération importante de la cheville.

Après la deuxième opération, mon physiothérapeute était un enthousiaste du CrossFit et beaucoup des exercices d’échauffement que nous faisions, y compris les squats avec pause de dix secondes que vous aimez tous, faisaient partie de ma routine physio régulière.

Quel était ton objectif en commençant ? L’as-tu atteint depuis ?
Mon objectif initial était de reconstruire mon corps et d’être plus forte qu’avant. J’ai aussi pensé à perdre du poids, mais la recomposition du corps se fait naturellement avec le CrossFit, alors je mange sainement sans trop m’en soucier. J’ai définitivement atteint mon objectif de reconstruction et d’amélioration de la flexibilité de mes chevilles. Mais je veux encore devenir plus forte.

Quels sont ceux pour cette année ?
Mon rêve est d’être capable de courir et de faire un box jump (pas sur la petite box). Pour l’instant, la cheville n’est pas tout à fait prête, mais on n’est qu’en mai, il reste encore du temps avant la fin de l’année.

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement chez CrossFit GVA ?
J’aime la camaraderie. J’ai rencontré tellement de gens à la box qui m’ont donné des conseils pour améliorer ma technique (surtout les handstand push ups), mais aussi pour m’encourager. Parfois, vous avez ce WOD vraiment difficile où vous ne voulez pas vous pousser et voulez abandonner, mais vous êtes encouragée par tout le monde autour de vous et vous quittez la salle en sueur avec un grand sourire de satisfaction.

As-tu gagné en confiance depuis que tu fais du CrossFit ? Te sens-tu mieux dans ton corps, as-tu développé ton mental ?
Absolument. Au début, j’avais peur de me suspendre à une barre, j’étais terrifiée à l’idée de tomber et de me faire mal à la cheville. J’étais inquiète des deadlifts à cause de mon dos et j’avais peur de laisser tomber une barre sur ma tête. Aujourd’hui, je marche sur les mains, je me balance aux barres, je soulève des poids, je fais des snatchs, etc. Je ne pense plus « oh, je ne peux pas faire ça », je pense « j’ai hâte d’essayer ça ».

Un souvenir marquant vécu à la box que tu aimerais partager ?
Mon meilleur souvenir est celui de l’open et de la présence de mes amis pour me soutenir, les mêmes amis qui ont été témoins du dos cassé et des multiples opérations de la cheville. C’était l’aboutissement de ma détermination et de toutes les personnes de CrossFit GVA qui m’ont aidé à atteindre mes objectifs.

Qu’est-ce qui t’as poussé à faire l’Open ?
C’était mon premier Open où j’étais en bonne santé mentale et où je ne me souciais pas de ma position dans le classement par rapport aux autres. C’était mon meilleur résultat, et je me suis même qualifiée pour les quarts de finale dans ma région !

Que dirais-tu à une personne qui hésite à commencer le CrossFit par peur de se blesser ou de ne pas avoir le niveau ?
Le CrossFit est totalement inclusif et chaque exercice peut être adapté. Les coachs sont exceptionnels et demandent toujours s’il y a des blessures, tout en s’assurant de la bonne technique pour éviter les blessures, et en donnant des conseils pour utiliser le bon poids. Plus important encore, les classes sont limitées en nombre, de sorte qu’il n’y a jamais trop de monde pour empêcher le coach de se concentrer sur chacun.

Le CrossFit vous aide à surmonter vos peurs et vous apprend jusqu’où vous pouvez vous pousser et ce que vous pouvez accomplir. Quant au niveau de forme physique, vous seriez étonné de voir à quelle vitesse il s’améliore. Avant, je pensais que le SkiErg était un appareil de torture, maintenant je le préfère au rameur ou au vélo !